Hola Cuba !


Et bien voilà !

Après un transit par Frankfurt, quatorze heures de vol, un roupillon salvateur dans l’avion (à peine perturbé par les éructations aux accents bavarois de mes a-l-colytes de bord), un passage de douane longuet, des incantations chamaniques à l’intention du tapis à bagages pour qu’il crache mon sac, me voilà arrivé saint et sauf en terres cubaines !

Première constatation toute pratique : je suis chargé comme une mulasse.  Moi qui pensais être sagement rentré dans les clous, après avoir gagné quelques grammes en ôtant mes chemises cintrées : 17kg pour mon gros sac (affaires) et 7kg autres pour le petit (appareil photo, ordi). Merde, j’ai quand même été au club Med Gym toute l’année ! Mais non, rien n’y fait, c’est trop lourd, pas pratique.

Je me suis d’ailleurs senti très gland après avoir changé quelques 250 euros en liquide à l’aéroport à lutter pour les remettre désespérément dans mon sac, les tenant à la main au vu et su de tous, les agitant involontairement comme un parieur de PMU. Et au fur et à mesure que mon énervement montait, on aurait vraiment pu croire que j’avais mangé quelque chose de trop épicé dans l’avion (ce qui n’était pas le cas, la « Kondor » est irréprochable sur le plan culinaire).

Il est vraisemblable que ce genre de bêtise ostentatoire « passe » dans un lieu tranquille comme l’aéroport de la Havane. Mais dans d’autres réputés plus chauds, moyen moyen. Faudra donc songer très vite à se débarrasser de quelques affaires pour être plus  mobile. De manière générale, bien content pour le coup d’avoir choisi Cuba, réputé safe, comme 1ere destination. J’espère que cela me permettra d’acquérir quelques réflexes et « bonnes pratiques ».

Bref, après  une grosse demi heure de taxi où je me suis surpris à comprendre ce que me disait mon interlocuteur, arrivée chez Eva et Edel, petit couple « Arty » (Elle, dans le théâtre, Lui, peintre) vivant dans le quartier de Vedado à l’ouest de La Havane et trouvé sur le site « CouchSurfing ». Spécificité de cette grande république démocratique qu’est Cuba : les locaux n’ont pas le droit de loger des étrangers sans être titulaires d’une licence d’état (payante) qui leur donne accès au statut de « casa particular » (maison d’hôte). « CouchSurfing » à Cuba, c’est l’exception à la règle puisque … c’est tout sauf gratuit. Mais l’important est ailleurs : c’est preuve d’un certain « état d’esprit ».

La maison où je loge est très sympa – même si un peu loin du centre à posteriori -, et mes hôtes très très cools. Leur plus jeune fils, de 3 ans, je m’en suis fait un pote d’emblée. Il ne rechigne aucunement à me répéter les noms des aliments dans sa langue maternelle et c’est le seul dont les livres présentent des textes à ma portée :).

One Comment on “Hola Cuba !”

  1. Philippe D. Says:

    Hola l’ami !

    Bien heureux d’avoir des news, je commencais à ouvrir fébrilement tous mes soirs ma boite à lettre en craignant de recevoir une demande de rançon te concernant..
    :o)

    Le piège du sac trop lourd (et pourtant dont le contenu a été minutieusement sélectionné), un grand classique, j’ai connu sur un road trip de 3 semaines alors sur 24 mois.

    Ca commence bien, poste souvent pour nous faire voyager et découvrir d’autres cultures..

    Perso, toujours aussi immobile même si l’emerveillement de voir ma fille grandir tous les jours me comble vraiment de bonheur…

    Philippe