Ouvrez vos livres à la page …


Lundi dernier, muni d’un cartable et de ma trousse, chemise repassée et tong cirées, j’ai effectué ma rentrée en allant m’inscrire à l’université de La Havane (quartier de Vedado) pour des cours d’espagnol intensifs destinés aux étrangers.  C’te classe internationale d’aller à la fac en short et Havainas. Et c’est pas comme si le site était dégueu en plus :

L’apprentissage de l’espagnol, c’est évidemment  pour le côté sympa de parler une nouvelle langue mais aussi pour répondre à un « objectif » précis : échanger au maximum avec les locaux pendant mon périple sud américain et ne pas me reposer sur l’anglais.

Premier jour consacré à un test de niveau pour dispatcher les 40 étudiants sur les 3 niveaux proposés. Joyeux bordel que cette session d’introduction ! Et première surprise aussi, puisque je me retrouve projeté en « intermédiaire ».

Ah oui, parce que de mon côté, l’espagnol, je n’en connaissais fichtre rien il y a à peine un mois, faisant partie de cette génération sacrifiée pour qui les parents, à l’orée de l’entrée en 6ème, tenaient cette conversation angoissée dans tout le pays :

Papa : Qu’est ce qu’on lui fait prendre à Kévin comme première langue ?

Maman : Bah l’anglais c’est utile, mais s’il se retrouve avec ce glandu de Berthier, j’ai bien peur qu’il n’en foute pas une ramée.

Papa : T’as raison. Déjà que ce p‘tit con a foutu le bordel pendant toute l’école primaire.

Maman : Allemand alors ? Parait que ça sélectionne.

Papa : Oui. Et de toute façon, il fera de l’anglais en 4ème.

Il ne fit jamais d’espagnol mais vécut heureux bla bla bla.

Bref, ma connaissance basique de la langue de Cervantès, et qui me permet, à ma grande satisfaction, de faire bien plus que « survivre » ici, je la dois :

–          Pour 0,05% à 40 leçons Assimil absorbées avec un enthousiasme démentiel chaque matin

–          Pour 99,95% à mes deux fabuleux professeurs, Philippe et Irina (Argentine !) qui m’ont supporté à tour de rôle en février. Travail parfois intense, toujours plaisant. Petit coucou et mille besos à eux.

A Cuba, ma prof s’appelle quant à elle Teresa et c’est un sacré phénomène je vous le dis ! Chaque matin, pendant 4 heures, elle tient à la baguette sa petite classe de 11 élèves pour … 11 nationalités différentes ! Iranien, Ukrainienne, Italien, Français, Bahaméen, Turque, Suédoise, Danoise  :) , et j’en passe … Vraiment intéressant de se retrouver dans un groupe aussi international.

Et très bonne intuition que d’avoir inséré ce premier palier dans mon voyage, en mode sédentaire. Pour gérer la transition, l’éloignement et l’inexpérience.

Avant de prendre la route la semaine prochaine !

One Comment on “Ouvrez vos livres à la page …”

  1. Mum Says:

    Et oui …..;et si tu avais fait espagnol, tu serais actuellement pépiniériste à la commune du Châtelet (!) avec pour unique projet…. le mois d’août sur la Costa Brava …en camping (!??)….Bisous de Môman