Un vrai tabac

 

Renseignements pris au musée principal de la ville, nous (= Javier, Carlo, un allemand rencontré en attendant le bus et moi) nous inscrivons l’après-midi même de notre arrivée à Viñales pour une petite « randonnée » de 4 heures aux alentours. On ne déconne pas.

Figure au programme (outre la découverte de la nature environnante) la visite d’une plantation de cigares dont Douglas, notre guide cubain, nous explique scrupuleusement le processus de fabrication.

Tellement intéressant que j’ai pris des notes (J’avais l’impression d’être en 4ème à écouter ma prof d’histoire pendant une visite au Louvre) que je vais évidemment vous restituer. On pourra pas lui reprocher de ne pas se décarcasser à Ducroc.

Fabriquer un cigare – ce sera moyennement une surprise – n’est pas aussi rapide que de faire un loto foot. De nombreuses étapes jalonnent le cycle de fabrication du « barreau de chaise ». Et ça peut durer jusqu’à deux ans !

La culture (Commençons par le commencement). Pour assurer une certaine qualité, une phase de culture sélective (en pépinière) des plants de tabac est nécessaire avant le « plantage » terrain. Par la suite, chaque plant (qui contient lui-même des centaines de « semences », donc aucun problème de quantité) peut atteindre plusieurs mètres de haut ! La « force » d’un cigare étant directement corrélée à la quantité de soleil reçue par les feuilles le constituant, les feuilles les plus hautes sur la plante vont donner les cigares les plus forts, et celles du bas, des cigares plus doux. Ouaaah ouh. Merci père Castor !

La récolte n’a rien de spécial si ce n’est qu’elle est effectuée à la main.

 

 

Le séchage est quant à lui réalisé en suspendant les feuilles dans des cahutes adéquates

 

 

La fermentation : Les feuilles sèches sont empilées en tas – un mètre cube environ – et de l’eau est ajoutée. La fermentation qui se produit alors permet de « nettoyer » le tabac, comprenez le dégager d’un maximum de nicotine. C’est un processus qui prend une vingtaine de jours, et qui peut-être répété autant de fois que souhaité (moins de nicotine, moins d’addiction, CQFD) !

L’aromatisation : Aux feuilles qui en ont fini avec la fermentation, on ajoute … Ce que l’on veut, Rhum, Miel, … . C’est ce qui fait le goût du cigare !

Le roulage : Etape à laquelle nous assistons en direct, autour d’un vrai café fait jardin, dans la maison de la famille qui tient la plantation. (Evidemment la vidéo serait plus adaptée, je mettrai ça en ligne quand je serai rendu dans un pays avec un débit plus rapide !). Pour info, les trois parties constituant un cigare sont le « filling » (intérieur), la « capote » (ce qui maintient le fillling) et le « bout ». Aucune pensée sexuelle n’a traversé mon cerveau chaste.

 

 

 

Dernière étape, cruciale :

La dégustation :

 

 

Avec une position spécifique des doigts pour les hommes, une autre pour les femmes et of course, une technique particulière pour pleinement apprécier : pas plus de 5/6 bouffées par minute, et on n’inhale pas (ce qui est un cauchemar pour les anciens fumeurs)

Quelques « funny facts » en passant :

–          95% des récoltes sont obligatoirement revendues à l’état (notamment pour les grandes marques Coibana, Roméo et Juliette …), les fermiers pouvant commercialiser (mais sans marque eux !) les 5% restant.

–          Le cigare le plus cher ? Un « non fumé », ayant appartenu à Wiston Churchill et vendu aux enchères il n’y a pas si longtemps (je vous laisse checker date et prix exacts sur Internet J)

–          L’amende la plus chère pour avoir fumé un cigare Cubain ? Bill Clinton ! Usa, Cuba, tout ça tout ça …

Conclusion qui ne fera qu’enfoncer une porte ouverte : ils ne déconnent pas avec le cigare les Cubains, je vous le dis ! Bon, en même temps, ils ne déconnent pas non plus avec le rhum, la salsa, le café, le communisme, le base ball …

Dans tous les cas, j’ai adoré !

4 Comments on “Un vrai tabac”

  1. bgn9000 Says:

    Salut, c’est vraiment sympa de suivre en direct tes hauts et tes bas. On a vraiment l’impression d’être en vacances grâce à toi. À suivre…

  2. Emeline Says:

    la prise de note, le résumé j’adore et le pompon sur la Garonne, la petite photo finale de fab en action :) la classe…ca fait plaisir tout ça :)

  3. Hélène Says:

    Et as-tu ré-entendu Mme Audibert te parler de ce magnifique jeu de courbes et de contre-courbes? parce que déjà en 4e tu avais les idées placées vers le bas… Comme quoi, les années passent, les lieux changent mais…..

  4. Mickael Robin Says:

    J’ai les doigts qui sentent le fumé, la banane et le rhum… :) Gracias!