Mendoza : vin sur vin

Jeudi 25 Octobre

Après 22 heures de trajet et un 33ème automne fêté dans le bus, j’arrive à Mendoza, capitale Argentine du vin, en fin d’après-midi.

J’y retrouve Anna, Autrichienne de profession, rencontrée au début de mon séjour à Buenos Aires et qui revient de 15 jours en Patagonie. Délicate attention, elle  m’attend avec un gâteau d’anniversaire, une bouteille de champagne et un p’tit cadeau (un livre Messieurs, un simple livre…Bridez votre imagination). Soirée à papoter autour d’un bon verre de vin (le 1er d’une longue série) et de notre 22ème kilo de viande argentine depuis un mois.

Vendredi 26 Octobre

Nous partons à la découverte de Mendoza qui se révèle une excellente surprise. La ville semble en fait combiner tous les avantages de Buenos Aires et de Salta : une profusion astronomique de commerces en tout genre, de bars, de restaurants, mais verte, aérée et à “taille humaine”. En point d’orgue, le parque San Martin – 20 fois la superficie du jardin du Luxembourg – qui offre un océan de verdure assez incroyable pour se relaxer ou courir (ou se relaxer en regardant les filles courir hé hé).

Samedi 27 Octobre

Nous nous rendons à Maipu, à 40 mn en bus de Mendoza, réputée pour sa “route des vins” : un parcours d’une douzaine de kilomètres (enfin 24 aller retour si vous êtes éthyliquement capable de revenir à votre point de départ) le long du quel s’étalent une quinzaine d’exploitations viticoles, agrémentées de productions d’huile d’olive et autres chocolats. C’est en vélo que nous faisons le chemin, avec au final, trois stops (15 séries de visites / dégustations, c’était too much): pour la mise en jambes, Carinae, vignoble français (cocoriiiiiico) ; pour la mise en bouche, Di Tomaso, vignoble argentin, où nous profitons également du magnifique restaurant; enfin, pour la mise en bière, je-ne-me-souviens-plus-du-nom-mais-diable-que-c’était-bon, où nous nous régalons de moult tapas à l’huile d’olive ainsi que d’absinthe à … 75%. Autant vous dire que sur les coups de 18 heures, quand la journée se termine, nous sommes complètement bilingues espagnol.

Dimanche 28 Octobre

En ce dimanche ensoleillé, nous changeons de selle et partons pour une randonnée de 3 heures à dos de canasson sur les hauteurs de Mendoza. J’en profite pour faire partager ma passion pour la grande musique à ma comparse tyrolienne et entonne un “I am a poor lonesome cowboy…” bien sonore. Y’a pas dire, dès que je suis dans les transports, il faut que je chante. Une excursion marquée par de superbes paysages et ponctuée par un traditionnel asado, ainsi que par une session de guitare au coin du feu un tantinet trop cliché pour moi (mais propre à ravir les quelques australiennes et américaines présentes dans le groupe).

Lundi 29 Octobre

Journée détente au complexe thermal de Cacheuta, à 40 km au sud ouest de Mendoza, en compagnie d’un couple germano suisse rencontré deux jours plus tôt lors de notre marathon viticole. Soleil et barbotage dans un cadre plutôt… sympa !

Ces 5 jours seront donc passés à une vitesse supersonique. Et au final, c’est sans hésitation que je décerne à Mendoza la note maximale !

2 Comments on “Mendoza : vin sur vin”

  1. Guillaume Says:

    Content de savoir que t’es reparti.
    T’as rencontré Esteban, Zia et Tao à Mendoza?

    • Fabien Says:

      Ah ah ! Je te cache pas que j’écoute la musique des cités d’or de temps, histoire de me mettre dans l’ambiance :) !