Bariloche : I « lake » it !

Lundi 19 novembre 2012

Dans la soirée, je suis de retour à Puerto Varas et je pose mon sac dans la même auberge que lors de mon premier passage. There’s no place like home, comme on dit outre manche. Dès demain, je retrouverai l’Argentine quittée 3 semaines plus tôt. Enfin, si j’arrive à régler un « micro » détail : j’ai perdu mon document d’immigration Chilien qui prouve mon arrivée sur le territoire et je ne peux en conséquence pas sortir du pays… Puisque je n’y suis officiellement pas rentré ! Au Chili, le coup de tampon sur le passeport ne suffit pas, le sésame évoqué plus haut est indispensable.

Aux environs de minuit, alors que je devrais profiter de la douceur et de la chaleur d’une jeune fille aux vertus légères couette épaisse, me voilà rendu dans les bureaux de la police de Puerto Varas où j’explique mon cas à un officier que ça ne fait visiblement pas rire. Je lui détaille mes différents allers-retours depuis un mois : arrivée au Chili le 30/10, séjour à Valparaiso, Île de Pâques, retour le 07/11. Dans l’espoir de gagner un lecteur, j’hésite un instant à lui donner l’adresse de mon blog. Je m’abstiens devant son air impassible.

Je commence à être une chtouille inquiet et je re-déroule mon planning. Je prends bien soin cette fois d’insister sur le fait que mon séjour dans son magnifique pays m’a beaucoup plus, que je quitte le Chili à regret (que j’adore ce qu’il fait, que sa chemise est superbe, que …). Après tout, flatter le patriotisme d’un fonctionnaire d’état ne peut-être foncièrement nocif. Mais il reste de marbre, visiblement suspicieux.

Au bout de 20 minutes, il finit par demander si je ne suis jamais allé au Pérou.

Franchement, si j’avais été au Pérou, je m’en souviendrais Monsieur l’Agent : je vous parlerais de la beauté sans limites de la cordillère blanche, je vous réciterais un poème sur le Machu Pichu, je vous conterais l’incroyable night life de Lima, je …

Lima … Hmmm … Lima …

Il est probable, ô toi Officier-A-La-Mansuétude-Infinie-Devant- La-Mémoire-Poreuse-D-Un-Voyageur-Barbu, que j‘eûsse oublié de te mentionner que mon avion avait fait escale à Lima au retour de l’Île de Pâques.

Sourire.

Papier, signature, coup de tampon.

Muchas gracias. Adios.

Mardi 20 novembre 2012

Dans le bus pour Bariloche, je retrouve Vera, rencontrée quelques jours plus tôt à Puerto Varas et avec qui j’avais fait une sympathique promenade à Petrohué. Une fille qui passe la moitié de son temps à rire, c’est plutôt rafraîchissant. Je ne suis jamais déçu par les Autrichiennes (c.f. jurisprudence Anna). C’est décidé, à mon retour, j’investis.

À la frontière, j’exhibe fièrement mon documentito et en profite pour changer mon reliquat de pesos chiliens. Avec les variations des taux de change des dernières semaines, je gagne l’équivalent de 10 euros :). Il n’y a pas de petit profit !

En milieu d’après midi, nous arrivons en vue de Bariloche.

Bordée par le lac Nahuel Huapi, entourée de montagnes dont bon nombre à plus de 2000 mètres, Bariloche me fait une sacrée première impression. L’hostel dans lequel j’ai réservé, un peu en amont du centre ville, dispose d’une vue incroyable et et d’une salle commune … hors du commun : billard, écran géant …A ce stade, il ne manque plus que le jacuzzi. Qui se trouve au 3ème étage. Tout ça pour à peine 10 euros par nuit, déjeuner (gargantuesque) inclus, on ne se fait vraiment pas voler.

Un petit tour rapide nous permet de constater que la ville elle-même, hormis son Centro Civico (constructions typiques de bois et de pierre), n’a aucun intérêt majeur. Ultra commerçante, c’est l’hiver une station de ski très fréquentée (Vive la basse saison !) et l’été, un des camps de base privilégiés pour l’exploration de la région des lacs de ce côté des Andes. Notre petite visite est aussi l’occasion de renouer avec les prix argentins … Que je convertis « instinctivement » en leur équivalent chilien pour avoir une idée du montant … en euros … A ce stade, je suis content de ne pas avoir séché les cours de maths au collège.

Mercredi 21 novembre 2012

Avec Vera, nous décidons de réaliser à vélo une portion du Circuito Chico : 26 kilomètres autour du lac Perito Moreno, dans le parc national Nahuel Huapi. Un parcours ultra difficile (montées et descentes sans interruption : adieu veaux, vaches et routes plates), mais d’autant plus gratifiant au regard des points de vues qui le jalonnent :

Notre petite virée est aussi l’occasion d’admirer quelques spécimens de la faune locale :

A notre retour, quelques 4 heures plus tard, nous sacrifions à une petite activité touristique en empruntant le téléphérique du Cerro Campanario. A son sommet, une vista à 360 degrés complètement sidérante sur les environs de Bariloche.

Mes deux expériences de la région des Lacs s’avèrent complètement différentes. A Pucon, côté Chilien, le Parc Huerquehue avait été l’occasion d’une randonnée intimiste où les plans d’eau se laissaient découvrir comme par magie au détour de chemins arborés. Ici, à Bariloche, je suis bluffé par le gigantisme du paysage : les lacs, agités de vagues, ont des allures d’océans et semblent vouloir déborder les massifs montagneux qui les entourent.

Dans les deux cas, j’adore.

Jeudi 22 novembre 2012

En ce jeudi matin, j’ai un incroyable besoin … d’être seul ! Je peux compter sur les doigts de la main les moments où je l’ai été ces deux derniers mois et j’ai juste besoin de souffler. L’un des avantages indéniables de mon modus operandi  est que j’en ai la possibilité. Libertaaaaaaaaaaaad.

Je décide de monter en bus jusque Cerro Catedral, 20 km au sud ouest de Bariloche. De là, j’emprunte sur 6 km un petit sentier de randonnée, serpentant jusqu’aux abords du lac Gutierrez. Le chemin est en pente légèrement descendante, il fait beau, le paysage est magnifique, j’ai ma petite musique sur les oreilles et je craquotte complètement : je fais une partie du parcours jusqu’au village de Los Cohiues… en dansant :) .

Arrivé en bordure du lac, je décide de rentrer à pieds à Bariloche située à … 15 km de là ! 3 heures d’exercice physique salutaire dans un décor toujours aussi enchanteur … Comment s’en lasser ?

Dès demain, je quitte la région des lacs pour un autre gros morceau de mon voyage : la Patagonie !

,

Comments are closed.