Le parc national Los Glaciares

Samedi 24 novembre 2012

Après 103 701 secondes de bus – dans une unité appréhendable, ça donne 28h 48mn 21s – j’arrive à El Calafate, la 1ère escale de mon séjour Patagonien.

Map El Calafate

Autant vous dire qu’à la suite d’un aussi long trajet, mon activité encéphalographique se rapproche dangereusement de celle d’une purée de pomme de terre. Malgré tout, j’arrive à sociabiliser et je fais la connaissance de Ryo, originaire du Japon, et de Paula, locale de l’étape. Ensemble, nous jetons notre dévolu sur un hostel à quelques encablures du centre ville.

Un bon repas et une longue sieste plus tard, je suis tout réparé. Mieux, j’ai une sacrée envie de me dégourdir les jambes, envie que partagent mes nouveaux compagnons. Hmmm, on va danser ? Arfff, si vous me prenez par les sentiments !

Nous passons donc la soirée dans un bar-boite du centre ville où Ryo et moi-même, déchainés sur la scène, connaissons un petit quart d’heure de gloire. Je savais bien que mon talent de danseur serait un jour reconnu :)

O

O

O

Dimanche 25 novembre 2012

Après cette soirée mémorable, nous nous rendons en bus dans le sud du parc national Los Glaciares, afin d’admirer l’attraction du coin, le glacier Perito Moreno. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que la réputation de ce dernier n’est pas usurpée. La bête est tout bonnement impressionnante : 5km de front, 170 m de haut dont 74 émergés, il trône sur le lago Argentino et tient en respect les montagnes environnantes.

P1040275

P1040222

P1040277

P1040278

De temps en temps, dans un fracas étourdissant, des blocs de glace se détachent. Aussi incroyable que ça puisse paraître, le Perito Moreno avance de près de deux mètres par jour. De manière cyclique, ce phénomène fait monter le niveau des eaux du lago Argentino jusqu’à trente mètres, causant une telle pression sur le glacier que le front de celui-ci finit par totalement s’effondrer.

O

O

Après nous être promenés sur les sentiers surplombant le Périto Moreno, nous décidons de nous offrir un petit tour en bateau afin de nous en approcher au plus près. Mes deux compères (pas moi, je suis sage évidemment…) en profitent pour sacrifier à une « tradition » locale : un petit verre de whisky « on the rocks » … Avec des bouts de glacier dedans donc !

Foto0782

Foto0786

Foto0781

Lundi 26 novembre 2012

Une journée de repos où le seul fait marquant est mon départ pour la ville d’El Chalten, porte d’entrée du nord du parc des Glaciers. 3h30 de bus au nord d’El Calafate par la célèbre route 40, équivalent mythologique de la route 66 aux états Unis ou de la départementale 32 en France (Il dit qu’il blague).

Enfin 3h30 … A condition que le bus ne tombe pas en rade !

P1040296

Mardi 27 novembre 2012

En ce mardi matin, je me lève sur les coups de 5 heures afin d’aller explorer le nord du parc et d’en admirer un autre poids lourd : le mont Fitz Roy, monolithe de granite culminant à 3405 mètres et must-do des alpinistes chevronnés.

Je m’engage sur les coups de 6h sur le sentier dit des tres Lagos : c’est lui qui permet de s’approcher au plus près du Fitz Roy, que j’aperçois déjà au loin :

P1040453

J’avale sans aucun souci les 3ères heures de randonnée. Je ne croise pas âme qui vive ce qui me donne l’occasion d’admirer le paysage en toute quiétude.

P1040379

P1040372

La dernière heure est beaucoup plus ardue : une pente sévère, un chemin étroit et « en escalier » (je déteste ça !) et un vent de fou qui manque plusieurs fois de me faire tomber. Mais j’en arrive à bout !

P1040406

P1040337

P1040440

A peine une demi-heure plus tard, je me remets en route : c’est la première fois depuis 2 mois que je me sens un peu dans le rush. Je dois absolument attraper le dernier bus pour rentrer sur El Calafate et rejoindre ensuite Ushuaia. Je fais donc la descente en courant, sautant de pierre en pierre tel un petit cabri des montagnes. J’arrive en bas sans encombre. 30 mètres de plat plus tard, je me prends les pieds dans une racine et me vautre de tout mon long :). Mister Bean à la montagne.

Je finis par rattraper le sentier de la laguna Torre et navigue pendant près de 5 heures supplémentaires au milieu d’un vrai décor de carte postale : les images parlent d’elles-mêmes !

P1040466

P1040457

P1040455

P1040454

Enfin, après 9h de marche, je rejoins le village d’El Chalten, complètement lessivé (au contraire de mes vêtements qui en auraient pourtant bien besoin). A peine une heure de répit et j’attrape mon sac : direction le terminal de bus. Je serai donc bien dès demain soir à Ushuaïa et pourrai régler sereinement les derniers détails de ce qui constituera à n’en pas douter le point d’orgue de mon séjour sud-américain : l’Antarctique !

, ,

3 Comments on “Le parc national Los Glaciares”

  1. Fauconnier Alain Says:

    Sublime !!!!

  2. Myl Says:

    Les dernières photos sont à tomber à la renverse!