Antarctique : le bilan

Une petite semaine après mon retour d’Antarctique, le voici le voilà, un bilan personnel de mon expérience sur le 6ème continent !

J’ai adoré !

  • Admirer les paysages enneigés et les icebergs : impossible de ne pas s’émouvoir devant ce spectacle grandiose. La nature, c’est bien foutu.
  • Observer les pingouins : sûrement l’animal le plus drôle que je n’ai jamais vu, surtout quand il tombe. Par honnêteté intellectuelle, j’avoue que j’ai aussi chuté. On ne se refait pas.
  • La météo : 6 jours à proprement parler sur la péninsule, 6 jours de plein soleil.
  • Me plonger dans l’histoire de la conquête des pôles. Ross, Amundsen, Scott, des explorateurs qui m’étaient jusque là inconnus et dont les exploits sont tout simplement fascinants

J’ai aimé !

  • L’organisation, « à l’américaine » : des conférences régulières sur la faune, la géologie, l’histoire de l’Antarctique ; des « récaps » quotidiens, en soirée, pour faire un bilan de la journée et préparer celle du lendemain ; une logistique sans faille.
  • La visite des bases de Port Lockroy et Artcowski qui permet d’avoir un aperçu du quotidien des chercheurs

Je n’ai pas aimé !

  • L’organisation, « à l’américaine »  :) : aucune place à l’imprévu (difficile de s’adapter après deux mois de voyage free style), un timing parfois rigide, une tendance agaçante et déplacée à l’autocongratulation (« wasn’t it fantastiiiiiiiic ouuuuh »)

J’ai détesté !

  • Le passage de Drake retour : un peu mouvementé, 36 h au lit ! C’est donc ça le mal de mer !
  • Même si j’essaie toujours de garder à l’esprit ce qui peut relever de ma propre intolérance (personne n’est parfait), une partie du « public » ne m’a pas semblé à sa place : incapable de profiter de la nature en silence, irrespectueux des consignes données par l’équipage pour minimiser au possible l’impact de nos débarquements sur la faune locale, plus préoccupé par shooter 300 photos seconde que par simplement contempler le paysage etc etc etc. J’avoue qu’une foule de gens m’a littéralement tapé sur les nerfs.

Au final, le bilan est bien entendu plus que largement positif et cette aventure constitue une expérience incroyable que je me sens privilégié d’avoir pu vivre.

Comments are closed.