American Beauty, Acte 1 : Chicago

29/04/2013 – 06/05/2013

Pourquoi Chicago ?

Parce que Rachel.

Tsssst, tssst. Je vois déjà la flamme cancanière s’allumer dans les yeux de certains. Polissons que vous êtes. C’est un blog de voyages ici, pas la version web de 3615 ULLA.

J’ai rencontré Rachel l’année dernière au Panama : le problème avec ces personnes géniales qui jalonnent votre parcours, c’est qu’à un moment donné, vous avez forcément envie de les revoir. D’où ma présence en cette fin avril dans la 3ème plus grande ville des Etats-Unis.

MChicago

Chicago a tout de la ville américaine : des gratte-ciels élevés à en attraper un torticollis, dûssiez vous tenter d’en apercevoir le sommet, un trafic routier assourdissant et un Starbucks à chaque coin de rue.

Mais le nombre incroyable de parcs et la présence de l’immense lac Michigan (avec ses plages propices à la contemplation) lui  donnent un côté « aéré » infiniment agréable. Tellement aéré d’ailleurs que la ville en a gagné le nom de « Windy City » : 99% du temps, il fait un vent à déchapeauter la reine d’Angleterre.

Osterman Beach, en bordure du lac Michigan

Osterman Beach, en bordure du lac Michigan

S'il pouvait bouger les bras, Charlie aurait la main sur le coeur et chanterait l'hymne américain

S’il pouvait bouger les bras, Charlie aurait la main sur le coeur et chanterait l’hymne américain

P1060849

Funny fact, ce sobriquet lui a aussi été attribué « à cause » de l’exposition universelle de 1893. Originellement prévue en 1892, pour le 400ème anniversaire de la découverte de l’Amérique, elle fut décalée d’une année en raison d’importants retards dans les travaux. Suffisant pour que les détracteurs de Chicago (principalement les autres villes, candidates malheureuses à la tenue de l’évènement) en concluent que les compétences des organisateurs n’étaient … que du vent !

Chicago est une ville d’art. Pour meilleur exemple, le « Chicago Art Institute » : 2ème plus grand musée d’art des Etats Unis (après le MET de New York) et 2ème plus grande collection d’art impressionniste du monde (Après Paris). Top donc, même si ça fait un peu Raymond Poulidor toutes ces places de dauphin. Pour ma part, j’ai pu déambuler gratuitement au sein du CAI puisque Rachel, qui finit ses études à l’école rattachée à l’Institut, m’a gentiment procuré un pass. Au vu du coût de la vie aux US, pas un luxe.

La ville compte quelques autres perles. Mes deux préférées :

  • la Willis Tower, (442 mètres, plus haut building du monde jusqu’en 1998) et son skydeck situé au 103ème étage : une surface en plexiglas sur la quelle vous pouvez marcher tout en contemplant le vide sous vos pieds. Même pas peur.
Skyline depuis le 108ème étage de la Willis Tower

Skyline depuis le 103ème étage de la Willis Tower

436 mètres de vide sous les pieds !

436 mètres de vide sous les pieds !

  • Le Cloud Gate (familièrement appelé le Bean – haricot) dans le Millénium Park : une sculpture urbaine dans laquelle toute la ville se reflète. Charlie a adoré.

P1060833

Le Cloud Gate (aussi appelé Bean - Haricot -) près du Millenium Park

Le Cloud Gate (aussi appelé Bean – Haricot -) près du Millenium Park

P1060835

Pour le reste, c’est ici !

Mon séjour à Chicago ne peut évidemment être complet sans assiter à un match de NBA. Les Bulls jouent cette semaine là un match crucial de playoffs contre Broklyn, ce qui me donne l’occasion de découvrir l’impressionnante ferveur sportive des américains. Et malgré la défaite des locaux, Rachel et moi célébrons joyeusement l’évènement autour … d’un bœuf bourguignon.

Go Bulls Go !

Go Bulls Go !

P1060882

Toutes les bonnes choses ayant une fin, je me décide, après une semaine, à quitter mon hôte.

La question restant de savoir pour aller où ?

Hmmmm…

Vue la peine que j’ai eue à entrer aux US, il serait dommage de ne pas en profiter.

Am stram gram…

Direction San Francisco !

2 Comments on “American Beauty, Acte 1 : Chicago”

  1. Ducharne Celine Says:

    Top donc, même si ça fait un peu “Raymond Poulidor” toutes ces places de dauphin.
    On voit que tu nages dans une famille de fous de la pedale !!!
    Je compatie !!!