Salento oh oh !

Vendredi 28 juin 2013

Un lever matinal-même-pas-mal et je quitte Bogota pour entamer la dernière ligne droite de mon périple Colombien : Salento, petit village de 3500 âmes situé en pleine Zona Cafetera, constitue mon ultime étape avant Medellin, d’où je m’envolerai bientôt pour l’Equateur.

Map

Après ¾ d’heure de taxi dans les bouchons matinaux de la capitale Colombienne, 8h de bus jusqu’à la ville d’Armenia, une demi-heure de navette avant d’être bloqué par un accident de la circulation, quelques kilomètres de marche au milieu de la montagne, de l’auto-stop jusqu’à Salento et un quart d’heure de Jeep, j’atteins La Serrana, l’ « éco-hostel » où je compte passer ces prochains jours.

J’y retrouve avec grand plaisir Neal, l’un de mes compères américains de San Gil : nous passons la soirée à débattre ardemment de la politique extérieure des Etats-Unis, de la fonte de la calotte glaciaire et …

Bref, on parle surtout minettes.

Samedi 29 juin 2013

Mon objectif du jour porte le nom de Vallée de Cocora : nommée d’après l’un des villages qui en permet l’accès, cette dernière fait partie intégrante du Parc Naturel National Los Nevados et est censée abriter l’un des plus beaux paysages de Colombie.

Dans la jeep-taxi qui me mène vers le village de Cocora, je fais la connaissance de Renaud et Emilie, un sympathique couple de français, avec que je décide de faire l’une des randonnées classiques au sein de la vallée.

Vallée de Cocora

Vallée de Cocora

La 1ère partie du parcours – 2h de marche en montée légère, au milieu de la forêt – est agrémentée de franchissements de petits ponts de bois (Yves Duteil, si tu m’entends) plutôt brinquebalants et de paysages effectivement prometteurs : le « palmier de cire », emblème de la Colombie, règne incontestablement sur les lieux.

Les palmiers à cire de Cocora

Les palmiers à cire de Cocora

Toujours sur le pont, pour vous servir

Toujours sur le pont, pour vous servir

Après une petite pause à Acaime, nous entamons la partie la plus difficile : ¾ h de montée non stop en terrain boueux, pour atteindre le lieu dit de la Montana, à quasi 2900m d’altitude. La vista est magnifique et vaut tous les efforts consentis jusque là.

Sommet de la Montana

Sommet de la Montana

P1080415

Le dernier segment, quelques 2 heures de randonnée paisible en descente douce, offre quant à lui les paysages les plus spectaculaires

P1080431

Charlie s'é-meuh facilement devant une belle dame

Charlie s’é-meuh facilement devant une belle dame

De retour à Salento, nous nous attablons à l’un des nombreux stands installés autour de la place centrale (en ce week end prolongé en Colombie, c’est un peu la fête au village). Après les arepas (galettes de maïs), l’aguardiente (alcool de sucre de cane au goût anisé), les fourmis grillées, je teste une autre spécialité culinaire Colombienne : la bandeja paisa.

Bandeja Paisa : mange tes calories !

Bandeja Paisa : mange tes calories !

Comme vous pouvez le constater, ce n’est pas vraiment un plat Weight Watchers : chorizo, porc, haricots rouges, œuf, pomme de terre, avocat … Le côté hétéroclite surprend un peu mais la vérité, c’est que c’est diablement bon.

Evidemment, après une telle randonnée et un tel déjeuner (il est déjà 4 heures de l’après midi), Papi Fabien ne peut faire autrement que de sacrifier à une bonne siestounette.

Dimanche 30 juin 2013

Au petit déjeuner, je fais la connaissance d’un jeune backpacker américain de … 65 ans ! Curt me raconte un peu sa vie et notamment son voyage de 8 mois entre l’Algérie et l’Afrique du Sud, au milieu des années 70. L’écouter, en ce dimanche matin, c’est un peu comme regarder le National Geographic et le History channel en même temps. Tout simplement passionnant.

Et le monsieur est qui plus est très touchant. Notamment lorsqu’il me confie à demi-mots qu’il se sent parfois gêné, au milieu des autres voyageurs de quelques décades plus jeunes (il dit ça alors qu’une jolie demoiselle passe à quelques mètres de nous :)). Franchement, Curt, je te rassure, tu ne détonnes pas du tout !

Je consacre mon après midi à quelques déambulations dans Salento, toujours aussi animée, en compagnie de Neal.

Place principale de Salento

Place principale de Salento

Avant une (nouvelle) soirée papotages/ jeux de cartes à l’hostel en compagnie de mon facétieux compère américain et de Nada, française & parisienne, avec qui j’ai grand plaisir à parler un peu du pays.

Lundi 1er juillet 2013

Hormis un coup d’œil rapide au mirador de Salento (qui vaut plus par la marche qui permet d’y accéder que par la vue qu’il offre), ma journée est trèèèèès tranquille. A la Serrana, il est assez facile de laisser filer quelques heures en regardant le paysage que vous entoure. Et quand il peut à verse comme aujourd’hui, c’en est presque encore plus fascinant !

Mon séjour à Salento touche déjà à sa fin : ces 3 jours sont passés en moins de temps qu’il ne faut pour l’écrire et dès demain, je prends la direction de Medellin !

Toutes les photos : ici

2 Comments on “Salento oh oh !”

  1. Laurent Says:

    Personnellement, je trouve quasiment toujours très enrichissantes les rencontres avec les “vieux” backpackers. Ils ont un recul, une sagesse et un calme que n’ont pas les jeunes. Après, on n’est pas non plus à l’abri de croiser des vieux con mais bon, c’est la vie !!