San Pedro de Atacama

Dimanche 1er septembre 2013

5h de trajet  jusqu’à la ville de Tacna, un passage frontière incroyablement rapide, et 12h de bus de nuit plus tard (bref, le train-train habituel), nous voici arrivés dans le nord du Chili, à San Pedro de Atacama, petit village de 900 âmes situé en plein cœur de l’un des déserts les plus arides du monde !

MapL’année dernière, j’avais été contraint de « zapper » cette étape et ce n’est pas sans émotion que je remets les pieds au Chili, berceau de certains de mes souvenirs les plus mémorables. Dix mois ont passé et c’est un peu comme si je revenais à la maison.

Dans la région d’Atacama, les sites fascinants sont légion : afin d’en admirer/visiter un maximum en un minimum de temps (denrée qui commence à se faire rare puisque je dois être à Rio dans un mois et demi), nous décidons de passer par les services de l’une des innombrables agences que compte San Pedro. Nous optons pour le package le plus classique, comprenant 4 tours devant satisfaire à la fois à nos envies et à notre besoin d’efficacité. Pas du tout notre tasse de thé à la base mais bon là, on n’a pas le choix !

Lundi 2 septembre 2013

Réveil à 4h du mat’ (on prend l’habitude …) et départ en compagnie d’une dizaine de touristes pour les Geysers del Tatio, l’une des zones géothermales les plus étendues et les plus hautes du monde, située à 2h et 100 km de route de San Pedro.

Lorsque nous arrivons sur le site, à 4300 mètres d’altitude, il fait encore nuit et la température est tropicale : -12 degrés ! Autant vous dire que malgré gants, bonnets et autres sous-vêtements thermiques moulants, on se les pèle sérieusement.

Yet, la magie est  au rendez-vous : sous nos yeux, des dizaines de geysers de toutes tailles crachent d’immenses fumerolles (Opportunité que je saisis pour décongeler mon petit popotin frigorifié) et de temps à autre, sous l’effet de la pression, une eau à plus de 80°C. Le phénomène, du à l’activité combinée des volcans environnants et des flux d’eau souterrains, est assez impressionnant.

Geysers del Tatio

Geysers del Tatio

Un peu froid !

Un peu froid !

Un petit déjeuner pris à la lumière du soleil levant (on se croirait dans une pub pour l’ami Ricorée) et nous profitons pendant une bonne demi-heure des sources d’eau chaude du site. Enfin, « profitons » : perso, j’y trempe juste les pieds, je ne suis ni fou ni Allemand, hors de question que je me désappe alors que la température est encore négative !

P1000124aDe retour à San Pedro, nous avalons un déjeuner rapide avant de repartir en vadrouille (la vie de touriste est épuisante, je préfère celle de voyageur), direction la Vallée de la Lune. Un nom un peu énigmatique qui prend tout son sens lorsque nous arrivons sur les lieux. Plus désertique et inhospitalier tu meurs (d’ailleurs, un pan de la zone s’appelle littéralement « Vallée de la mort ») !

Vallée de la mort ... Tu m'étonnes !

Vallée de la mort … Tu m’étonnes !

Vallée de la Lune

Vallée de la Lune

Quelques crapahutages dans des caves de sel (lequel donne à certains paysages des fausses allures de piste de ski),

P1000171Et nous admirons le coucher de soleil (un truc dont je ne me lasse pas, c’est comme les M&M’s) sur l’ensemble de la vallée. Les  couleurs sont proprement fantastiques et même si mon appareil photo ne peut rendre justice au splendide du décor, je mitraille comme un sniper serbe (la comparaison marche avec nombre de nationalités).

P1000180 P1000198Le soir venu, Fabien est fatigué. Mais Fabien est content.

Mardi 3 septembre 2013

6h du mat’ et c’est reparti mon kiki.

1er stop de ce mardi, la laguna Chaxa, un immense désert de sel abritant trois espèces différentes de flamants (mais où sont les Wallons ?) : flamants Chiliens (ceux là sont roses en raison des micro-organismes qu’ils utilisent pour pitance), flamants Andins et flamants de James. Les montagnes environnantes donnent à l’ensemble des allures de vraie carte postale.

P1000212a P1000216Une bonne heure de route plus tard, le décor a complètement changé : nous sommes à 4000 mètres d’altitude et après une bonne marche sur la neige, accompagnés par un local de l’étape,

P1000236nous atteignons la laguna Miscanti (à quelques encablures de la frontière Argentine) dont la surface totalement calme reflète magiquement les montagnes voisines. Pour le coup, Charlie a un peu l’impression d’être de nouveau … en Antarctique !

Laguna Miscanti

Laguna Miscanti

P1000248Revenus à San Pedro en milieu d’après-midi, nous en profitons … pour ne rien faire !

Mercredi 4 septembre 2013

Aucune excursion de prévue avant 15h (j’ai le sentiment  d’être un collégien qui n’a pas cours) et nous occupons notre matinée à changer d’hostel, celui dans lequel nous dormons depuis 3 jours étant propice à la dépression nerveuse (En 11 mois de voyage, je n’ai jamais rencontré des hôtes  aussi c… désagréables.). Une décision dont nous sommes hautement récompensés puisque notre nouveau refuge, avec sa décoration très Barcelonesque (on dirait du Gaudi) ne pourrait être plus chill out.

P1000309 P1000310Dans l’après-midi, malgré la saturation qui commence à poindre le bout de son nez crochu (les paysages sont magiques mais le côté bus tour, birk birk), nous faisons escale à la laguna Cejar où la densité de sel (30%) supérieure à celle de la mer morte permet aux touristes les plus grassouillets d’y flotter sans encombre (Même si je ne verrais aucun inconvénient à ce que certains d’entre eux se noient :)). Le panorama est encore une fois des plus somptueux.

Laguna Cejar

Laguna Cejar

P1000283

J'suis mort

J’suis mort

Après avoir admiré le coucher de soleil sur la laguna Piedra voisine, avec un bon verre de Pisco Sour à la main, nous rentrons sur San Pedro. Dans le bus, je dresse intérieurement le bilan de cette courte étape chilienne : malgré l’aspect ultra-touristique, impossible de ne pas s’émerveiller devant la splendeur de la région d’Atacama.  Déserts de sel, geysers, lagunes, montagnes enneigées, il y en a vraiment pour tous les goûts et le petit veinard que je suis est on-ne-plus-heureux d’avoir pu en profiter.

Maintenant un peu de repos avant d’attaquer …

La Bolivie !

Toutes les photos : ici

Comments are closed.