Bahir Dar & le Lac Tana

Lundi 25 novembre 2013

Après un réveil plutôt précoce, aux alentours de 3h du matin, et 10 heures de bus sur une « route » qui rendrait dépressif n’importe quel agent DDE, j’arrive à Bahir Dar (prononcez Barrrrrr Darrrrrrrrr), 3ème ville la plus peuplée d’Ethiopie avec 200 000 habitants.

MapBien entendu, comme je suis toujours aussi carré question planification, j’ai complètement omis un micro détail : je tombe en plein « city day », un évènement qui met chaque année à l’honneur une municipalité du pays et provoque un afflux non négligeable d’Ethiopiens dans la ville concernée. Conséquence : tous les hôtels sont complets.

P1020521Je tente finalement ma chance au Ghion Hotel dont le côté désuet (genre hôpital architecture communiste… Le fun quoi) contraste fortement avec l’emplacement sympathique, en bordure du lac Tana.

Bord du Lac Tana

Bord du Lac Tana

Toutes les chambres sont évidemment occupées mais au bout de quelques minutes de palabres, le manager consent à me laisser dormir dans un ancien bureau,  à l’arrière du complexe. La pièce ne brille pas par sa propreté, mais au moins, je ne dormirai pas dehors.

Ni seul d’ailleurs.

Alors que je me glisse sous les draps, épuisé par le trajet, je fais connaissance avec mes compagnons de dortoir.

Des rats.

Mardi 26 novembre 2013

Après quelques déambulations dans Bahir Dar, dont le côté Soleil-Palmiers est une vraie oasis de fraîcheur après le chaos d’Addis Abeba,

Bahir Dar

Bahir Dar

P1020523Je pars en expédition sur le lac Tana, le plus grand d’Ethiopie avec ses 3500 km² de superficie et dont les îles sont célèbres pour leurs monastères et autres églises.

P1020510C’est d’ailleurs la plus célèbre et la plus ancienne d’entre-elles que je visite : située sur la péninsule de Zege et construite au 14ème siècle, Debre Maryam adopte cette forme ronde typique des églises orthodoxes Ethiopiennes. Si d’extérieur, l’édifice ne paye pas de mine, l’intérieur est absolument sublime : les fresques murales, réalisées à partir de pigments naturels, sont étonnamment bien conservées.

P1020494 P1020488 P1020485Après avoir complété ma visite d’un détour par le musée attenant à l’Eglise (contenant entre autres quantité de livres anciens et de couronnes), je m’en retourne à Bahir Dar et pars en direction des cascades du Nil Bleu (à ne pas confondre avec THE Nil), fleuve prenant justement sa source dans le lac Tana. Si les chutes d’eau ne sont en aucun point comparable avec celles d’Iguazu – un immense barrage hydroélectrique en a considérablement réduit l’étendue –  , la petite randonnée qui y mène, agrémentée d’une traversée en barque, constitue une balade vraiment agréable dans un décor somptueux.

P1020525 P1020532

Cascades du Nil Bleu

Cascades du Nil Bleu

P1100480Dès demain, je continue mon avancée vers le nord de l’Ethiopie : direction Gondar et les fabuleuses montagnes de Simien !

Toutes les photos : ici

,

2 Comments on “Bahir Dar & le Lac Tana”

  1. Laurent Says:

    Je vois que les routes éthiopiennes ne sont toujours pas au top ! Je me disais que ça avait dû s’améliorer en 10 ans, mais non :-(
    Tu vas faire de la rando dans les Simiens ? C’était mon objectif, mais je n’avais pas assez de temps devant moi pour organiser sur place un truc de plusieurs jours. Du coup je suis passé à côté de ça :-(