Côme : I « Lac » it !

Du 04/09/2018 au 07/09/2018 

Jour 1

Après quelques 300 kilomètres au volant de notre décapotable, bercés par une langoureuse musique avec beaucoup de ‘O’ et de ‘A’ dedans, cheveux au vent et visages chauffés par le doux soleil italien (en fait on a une Nissan, on fait le trajet sous un petit crachin et Mag somnole. Mais avouez que la version Dolce Vita est plus vendeuse 😊), nous voici arrivés à Côme, sur les bords du lac éponyme, à quelques encablures au nord de Milan.

Map

Pour ces quelques jours, nous séjournons au Ronco Dell’Abate, une superbe maison d’hôte, ancienne propriété de l’intellectuel et politicien Italien Gianfranco Miglio. Autant vous dire qu’on est très loin des auberges de jeunesse avec lits superposés, mais aussi surprenant que cela puisse paraître, on s’en accommode vite 😊

Point d’orgue de la villa, la bibliothèque, tout bonnement incroyable avec ses milliers d’ouvrages d’histoire, et véritable caverne d’Ali Baba pour tout livrovore qui se respecte (ça prendrait sûrement moins la poussière dans un Kindle mais serait quand même moins joli).

NDLR : ci dessous, des photos réalisées par nos hôtes et qui, avouons le, rendent plus justice au lieu que celles de mon DMCTZ 70

Ronco ExtRonco HallRonco SalonRonco Bibli 1Ronco Bibli 2

Pour notre 1ere matinée à Côme, nous déambulons dans la vieille ville, qui se révèle elle aussi particulièrement charming : rues pavées, « immeubles » anciens avec balcons (on s’imagine très bien chanter la sérénade), piazzas sur lesquelles on débouche presque par hasard au détour de ruelles étroites, et évidement, moult monuments notables dont :

  • La Chiesa di san Giacomo

P1020500_resultat

  • Le Duomo

P1020496_resultat

La Villa Olmo, La Basilica di San Fedele … Bah oui, c’est l’Italie les enfants, ils ont pas chômé au moyen-âge !

Ancienne ville fortifiée du 12ème siècle, (les murs médiévaux sont encore bien debout), Côme, qui compte aujourd’hui environ 90.000 habitants s’est bâtie grâce au commerce de la soie (encore aujourd’hui 1er producteur de soieries d’Europe). Mais elle est aussi connue pour être la ville d’origine d’Alessandro Volta , le père de la pile électrique, auquel un temple (la simplicité Italienne quoi) est dédié. Vous ne pourrez plus dire que vous n’étiez pas au courant.

Ah ah. #calembouréculé

Dès midi, nous débutons notre expédition sur le Lario (autre appellation du lac de Côme) dont la forme rappelle un ‘Y’ inversé. Splendide piscine naturelle de 145 km2, tapie au pied des Alpes, le lac compte sur ses rives un grand nombre de petits villages « typiques » .

mappalago2

Nous évitons les plus touristiques (notamment l’iconique Bellagio ou Tremezzo dont la célèbre villa Carlotta draine des centaines d’Américains à la discrétion légendaire #taquettransatlantique) et débarquons à Varenna, à une heure de navigation (en speed boat à foils).

P1020506_resultat

Avec ses multiples ruelles en pente, ses maisons de couleur, ses places fleuries, le village semble définitivement hors du temps et même s’il est à peine 14 heures et que je n’en suis pas particulièrement adepte, je me laisserais bien aller à boire un Spritz pour coller à l’ambiance.

P1020510_resultatP1020517_resultat

Nous décidons finalement de nous dégourdir les cannettes sur le Sentiero Scabium, un chemin pavé et pentu qui mène en 40 minutes au Castello di Vezio, édifice défensif du 13ème siècle dominant les hauteurs de Varenna et offrant une vue splendide sur les rives du lac.

P1020522_resultatP1020528_resultatP1020538_resultat

Au bout de notre rapide descente, nous visitons la villa Monastero, un ancien couvent devenu résidence privée, et qui vaut surtout par ses extérieurs : un jardin botanique luxuriant, ponctué de ci de là par quelques statues et balustrades élégantes,  longe le lac sur un bon kilomètre et offre au visiteur l’occasion d’une douce promenade ou d’une paisible sieste.

P1020550_resultatP1020555_resultatP1020557_resultatP1020560_resultat

Après quelques péripéties logistiques (si vous visitez le coin, prenez bien soin, contrairement à nous, de noter les horaires des bateaux), nous effectuons notre retour en ville, et nous attablons – ô comble du cliché – devant de délicieuses pizzas bien méritées.

Un autre type de Renaissance à l’Italienne.

Jour 2

Pour cette deuxième journée, nous décidons de nous rendre à Brunate, petit village sur les hauteurs du lac, accessible en quelques minutes via un funiculaire « historique » (1894) partant du nord-est de Côme. Comme notre balance diététique est toujours profondément dans le rouge, nous nous attaquons aux 720 mètres de dénivelé avec nos petites papattes , et décidons d’emprunter un ancien sentier muletier serpentant dans les bois : le climat est très lourd, nous suons à grosses gouttes dès les premières marches, mais nos efforts judéos-chrétiens sont récompensés par de superbes panoramas sur le lac en contrebas et, après une heure de marche, par une vista imprenable sur Côme.

IMG_5634_resultatIMG_5655_resultatP1020582_resultat

Brunate se révèle également un charmant village, avec de nombreuses « villas » de style anglais (pour la plupart propriétés secondaires de Milanais aisés) et un centre historique caractérisé par de petites rues pavées au milieu desquelles trône la superbe Église de Sant’Andrea Apostolo :

IMG_5658_resultatIMG_5659_resultat

Nous poussons notre randonnée jusqu’au Faro Voltiano, phare octogonal de 29 mètres de hauteur, bâti au sommet du Monte Tre Croci en 1927 pour célébrer le 100e anniversaire de la mort d’Alessandro Volta.

IMG_5663_resultat

Pour boucler la boucle, nous nous mêlons aux autres touristes et effectuons le retour sur Côme avec le funiculaire, où mon maillot de champion du monde, suscite, je le sens, je le sais, je l’espère, un mélange d’admiration et de jalousie 😊

Jour 3

C’est avec le petit regret de ne pas avoir pu prolonger notre séjour d’au moins une nuitée que nous quittons déjà nos charmants hôtes du Ronco dell’Abate. Mais avant de nous diriger vers notre prochaine étape, nous décidons finalement de longer en voiture une partie de la côte occidentale du lac entre Côme et Tremezzo (à noter qu’un chemin aménagé de 10km, The Greenwalk, permet d’effectuer la portion Colonno- Cadenabbia à pieds).

Le soleil est au rendez-vous (on est franchement vernis sur le plan météorologique) et la route se révèle inspirante : si je n’avais pas le volant entre les mains, j’écrirais là tout de suite un sonnet en alexandrins.

P1020601_resultat

C’est l’occasion de traverser les villages de Cernobbio, Lenno et Laglio (où Georges Nespresso What Else possède un petit 20 pièces) et d’admirer une nouvelle fois de nombreuses villas qu’on pourrait qualifier d’Hollywoodiennes (Autant vous dire qu’on a regardé pour investir dans le coin, et même en mettant à bout nos livrets A et autres LDD, on pourrait à peine s’acheter une barque).

P1020585_resultat

Point d’orgue de ce faste immobilier, la fameuse villa Carlotta (qui tire son nom d’une princesse Prussienne du 17ème siècle), à Tremezzo, et que nous nous contentons d’admirer de l’extérieur parce qu’en fait, je vous l’avoue, on a très envie de profiter du soleil en bord de lac et de siroter, avec modération, un peu de houblon frais.

IMG_5710_resultat

Ces trois jours nous auront simplement enchanté et suffit pour avoir un aperçu de cette magnifique région. Mais sortir des sentiers battus et touristiques, profiter pleinement du lac, demanderait vraisemblablement une bonne dizaine de jours.

Alors oui, s’il y a bien une chose de certaine à l’heure de conclure ce post : we’ll Côme back 😊