Au pays des Kiwis : d’Oamaru à Teanau

Samedi 08/12/2018 : Oamaru – Péninsule d’Otago

Après une nuit un peu agitée (impossible de trouver une zone nocturne autorisée pour Roger, nous finissons par nous garer un peu en bord de route, avec la crainte de nous faire « expulser ». #BonnieAndClydeDuCamping), nous quittons sans regret Oamaru. Comme toutes les villes traversées jusque là, nous n’en garderons pas une impression folichonne: c’est au-delà du sans charme, c’est glauque.

Nous nous mettons en route pour Dunedin, sur la côte Est, avec un stop intermédiaire aux Moareki Boulders, un ensemble de pierres sphériques étalées sur une immense plage. Si je suis de prime abord sceptique quant à l’intérêt de la chose, mon sentiment initial est très vite balayé par une curiosité quasi enfantine. Quant à la légende Maori (qui veut que ces roches soient les restes du naufrage d’un large canoë, Arai-te-uru), elle stimule beaucoup plus notre imagination que l’explication scientifique (à découvrir sur Wikipedia 😊)

P1060548_resultatP1060556_resultatP1060560_resultatP1060561_resultatP1060567_resultat

Dunedin, que nous traversons au pas, nous réconcilie un tant soit peu avec l’urbanisme Néo-Zélandais. Maisons de bois colorées, édifices Victoriens, une superbe gare… L’héritage et l’influence Ecossais sont nettement perceptibles (Le nom même, tiré du gaélique, signifiant Edinburgh). Même si nous ne sommes pas particulièrement friands des villes, ça fait toujours plaisir d’en voir une sans être tenté de la fuir en grillant tous les feux rouges !

Notre objectif du jour reste cependant la Péninsule d’Otago, dont nous parcourons une petite partie en bord de mer, le long d’une route étroite et sinueuse. Petites baies, maisons sur pilotis, plages et collines verdoyantes, la péninsule dégage une zénitude absolue dont nous finissons de profiter, dans l’après midi déclinant, dans un joli petit camping. Besoin de recharger les batteries : au propre comme au figuré !

P1060571_resultatP1060608_resultatP1060610_resultatP1060574_resultat

Notre trajet du jour :

Oamaru - Otago

Dimanche 09/12/2108 : Péninsule d’Otago – Fort Rose

Après une bonne nuit de repos, nous quittons notre antre caravanière sous un ciel hésitant afin de rejoindre l’extrémité Nord de la péninsule et l’ancien fort militaire de Taiaroa. Au centre d’observation d’Albatros Royaux, point de rencontre avec le Seigneur Ornithologique local ni avec le timide Pingouin Bleu mais quelques clichés sympathiques en compagnie de mouettes poseuses et des lions de mer lascifs.

P1060582_resultatP1060584_resultatP1060592_resultatP1060586_resultatP1060597_resultatP1060600_resultat

Sur la route qui nous ramène à Dunedin, nous faisons une halte culturelle au fameux château de Larnarch (du nom du commanditaire, William Larnarch, homme d’affaires – avec un nom pareil … –  et député de la fin du 19ème), une superbe demeure gothique construite en 1871 au sommet d’une colline dominant la péninsule. Si la vie de la famille Larnarch, entre jalousie héritière, suicides et autres tromperies, rappelle sans conteste les meilleurs épisodes de Santa Barbara, le site, et particulièrement la vue depuis les jardins, est superbe.

P1060615_resultatP1060620_resultatP1060626_resultatP1060627_resultatP1060628_resultatP1060635_resultatP1060637_resultatP1060649_resultatP1060650_resultatP1060651_resultatP1060656_resultatP1060657_resultat

C’est sous un soleil resplendissant que nous engageons Roger sur la Southern Scenic Route, pour un périple devant nous permettre d’explorer une partie de l’Île souvent ignorée des voyageurs au  planning serré. Si les plages de sable fin, interminables, désertes et magnifiques, sont l’occasion de quelques dégourdissages de jambes salutaires, notre coup de cœur porte le nom de Nugget Point, un petit phare « perdu » accessible après une courte marche en bord de falaise. Clou du spectacle, l’observation de bébés lions de mer.

Degré de choupitude : 11/10 !

P1060659_resultatP1060663_resultatP1060673_resultatP1060678_resultatP1060683_resultatP1060690_resultatP1060696_resultatP1060705_resultatP1060706_resultatP1060711_resultat

Alors que l’après midi touche à sa fin , que la route, traversant tantôt d’immenses prairies, tantôt d’immenses forêts de pins, se fait beaucoup plus « ennuyeuse » et ne nous fournit comme petit moment de suspense que la perspective d’une panne d’essence (comme si j’avais besoin de ça pour arriver à mes fins avec Mag), nous réalisons que faire l’ensemble du trajet visé en une journée est illusoire et nous prenons la décision de nous arrêter dormir dans la localité de Fortrose.

Avouez qu’il y a pire pour passer la nuit 😊

P1060728_resultat

Notre trajet du jour :

Otago - Fort Rose

Lundi 10/12/2108 : Fort Rose – Te Anau – Milford Sound

Après un réveil dans un décor digne du meilleur clip des Beach Boys, et une tentative ratée de rejoindre l’Île Steward (les prix du ferry sont juste scandaleux), nous reprenons notre road trip vers l’Ouest en l’agrémentant de nombreuses pauses en bord de plage. L’immensité des paysages océaniques, combinée avec une densité de population epsilonienne, se révèle hypnotisante.

p1060733_resultatp1060740_resultatp1060745_resultatp1060746_resultat

Au loin, la montagne fait à nouveau son apparition alors que nous approchons de la région des Fjords, dont notre 1er aperçu se fait au lac de Manapouri : les eaux cristallines résonnent comme un appel à la baignade ou aux balades en canoé, et si ce n’était un timing contraint par la météo amenée à décliner dès le lendemain, je m’arrêterais bien construire une cabane en bord de plage et pêcher du poisson à mains nues.

p1060752_resultatp1060763_resultatp1060767_resultat

Quelques 20km plus loin, à Te Anau, un bref arrêt au Visitor Center nous convainc définitivement de la tactique à adopter : il est déjà 18h, nous avons roulé toute la journée, mais si nous voulons avoir une chance de voir le Milford Sound (le fjord le plus connu de Nouvelle Zélande) autrement que baigné de nuages, il nous faut le rejoindre dès ce soir. Ce qui signifie rempiler pour quelques 130 km !

p1060755_resultat

La route, comme vantée par les guides touristiques, se révèle absolument splendide. Point d’orgue, la vallée d’Eglinton, baignée de la rivière éponyme, avec ses champs de lupins multicolores et son fond de sommets enneigés, a des allures de carte postale.

p1060786_resultatp1060791_resultat

Les kilomètres défilent et nous passons plusieurs curiosités ou sentiers de randonnée que nous nous promettons de revenir arpenter sur le chemin retour. Les nuages font leur apparition et la partie féminine de notre équipage, toujours soucieuse des questions météorologiques, se fait progressivement plus silencieuse. Quant à la partie masculine, toujours soucieuse des questions de sécurité, elle se fait simplement plus prudente.

p1060804_resultatp1060806_resultatp1060809_resultatp1060810_resultatp1060812_resultat

Quelques 30km (passés le pied sur le frein) au sortir du tunnel de Homer, et nous débouchons enfin sur le Milford Sound. Si le soleil fait clairement son timide (et que les couleurs ne donnent pas le maximum de leur potentiel), nous avons quand même le privilège d’admirer le détroit par temps découvert, au détour d’une petite balade sur les hauteurs et d’une autre en bord de rivage. Mitre Peak, Elephant Peak, Lion Peak, tout le monde est là.

Et c’est déjà pas mal 😊

p1060819p1060820dsc00523p1060826p1060831dsc00521

Notre trajet du jour :

Fort Rose - MilfordSoud

Mardi 11/12/2108 : Milford Sound – Te Anau

Après une nouvelle nuit rebelle sur le parking du Visitor Center (on va finir par se la prendre l’amende de 200$, just wait for it) marquée par une lutte sans merci contre les mitches (je croyais que l’insecte le plus inutile de la terre était le moustique, mais non), nous nous réveillons sous une pluie battante !

p1060883_resultat

Conseil de guerre météorologique, pour savoir si nous pouvons espérer une éclaircie et satisfaire à une expédition fluviale dans l’après midi, et nous amorçons un retour prudent. Il n’y a pas d’amélioration notable à prévoir et le flux massif de touristes que nous avons vu débarquer (ainsi que la consultation de quelques brochures) nous fait de toute façon craindre une expérience à l’authenticité contestable.

p1060888_resultat

Pour compenser cette (très relative) déception, nous nous offrons le luxe de notre 2ème douche dans un camping de Te Anau. Ah on est comme ça nous : on ne vit qu’une fois, non :) ?

Notre trajet du jour :

MilfordSoud - Te Anau